Gigot d’agneau à l’ail confit

gigot d'agneau à l'ail confitQui peut résister à l’appel d’une viande confite, ultra-fondante et délicatement parfumée ?
Moi je l’avoue, je ne puis que fondre… Surtout si la viande en question est un gigot d’agneau, alors là, je ne réponds plus de rien !

L’ail et le gigot, c’est une véritable histoire d’amour et pour moi, ils sont indissociables.
Mais, de vous à moi, l’ail piqué directement dans la chair, franchement je trouve que ça ne sert à rien : l’ail ne cuit pas et la chair de la viande n’est parfumée que si on tombe sur une partie directement en contact.
Je préfére mettre les gousses d’ail directement dans le plat, en chemise (c’est-à dire dans les éplucher).
L’ail va confire doucement dans le gras de cuisson de l’agneau et dévelloper cette douce saveur bien caractéristique.

Ce gigot d’agneau cuit à température un peu plus basse et un peu plus longue qu’ à l’accoutumé, mais qui n’agresse pas la viande et qui lui confère tout son moelleux et son fondant.

Ingrédients:
1 gigot d’agneau désossé. 
(optez pour de l’agneau de pré-salé, pour un réultat optimal 😉 )
3 branches de thym frais.
6 branches de romarin frais.
60 ml d’huile.
2 oignons
2 carottes
15 à 20 gousses d’ail entières.
30 cl de vin blanc sec.
Sel et poivre du moulin
Préchauffer le four à 120 °C.

Désossez votre gigot d’agneau et ficelez-le (ou demandez à votre boucher de vous le préparer), puis faites le colorer dans une cocotte chaude avec un filet d’huile.
Salez et poivrez, ajoutez les gousses d’ail en chemise, c’est à dire non épluchées, et le thym, puis enfourner pendant 1 h 45 à 2h00.

Épluchez l’oignon et la carotte, puis émincez-les en fines lamelles.
Retirez votre gigot, les gousses d’ail et le jus du four, puis dégraissez si nécessaire.

Dans la même cocotte, caramélisez l’oignon et la carotte pendant 3 min.
Déglacez avec le vin blanc, faites réduire de moitié et ajouter un verre d’eau et le jus de cuisson de votre gigot.
Épluchez vos gousses d’ail qui ont confit dans leur peau, vous verrez c’est très facile. Vous pouvez également les servir encore dans leur peau, c’est juste une question de d’esthétique, selon vos critères.

Rectifiez l’assaisonnement puis mettez votre vos branches romarin entiéres, les gousses d’ail pelées et votre gigot dans votre cocotte. (Je n’ajoute le romarin qu’à ce moment car il brûle et prend une saveur acre assez rapidement au four, alors qu’ en infusant dans le jus, il apportera tous ses arômes et sa subtilité.)

Arrosez généreusement avec la sauce puis remettez le 10 mn à four chaud.
Après cela, sortez le, coupez le et régalez vous.

Publicités

A propos Cnocs

Intensément passioné de cuisine depuis tout petit, j'en ai fait ma profession. Aprés avoir officié à l'étranger, je suis revenu en Basse Normandie où désormais, je partage, ma passion. Sur ce blog, je céde à mes folies d’enfant, et vous livre mes recettes favorites et mes coups de coeur, mes coups de gueules, en fonction des saisons, de mes envies, de mes humeurs…, en espérant que vous y trouverez votre bonheur. Le plaisir ça ne vaut que s’il est partagé, et de vous à moi ……. la cuisine c’est bien plus convivial à plusieurs !
Cet article, publié dans Agneau, Automne, Été, Hivers, Légumes, Plat, Printemps, Terroirs, Viande, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s