Gratin de pâtes aux champignons et mozzarella

Les pâtes au four ou gratinées sont un des plats du dimanche par excellence.

J’aime son côté simple, familial, convivial, le parfum qui sort du four et ces assiettes désordonnées avec une petite croûte le fromage qui file.
Ce plat est un vrai câlin et en plus très rapide à faire 

Il existe comme vous pouvez imaginer de multiples recettes.
Avec du ragù, que des légumes, des boulettes de viande, des champignons, que du fromage, du salami ou du jambon…
Voici une des miennes avec les pâtes, des champignons sautés, de la sauce tomate gourmande et enfin un mélange de mozzarella et scamorza fumée.
On sourit dès la première bouchée…

Vous verrez c’est très facile (un assemblage) et très pratique puisqu’on peut le préparer à l’avance et y mettre ce qu’on a dans le frigo.

Ingrédients pour 6 personnes:
800 g de tomates fraîches (en saison)  où tomates en boîtes entière pelées concassées
280 g de pâtes (format ziti ou autre format large comme des rigatoni par exemple)
600 g de champignons de Paris frais
200 g de mozzarella si possible de bufflonne, bien égouttée, en morceaux
180 g de scamorza fumée en morceaux
80 g de salami italien (type Napoli par exemple) coupé en dés
1 oignon moyen
1 branche de céleri
1 petite carotte
1 gousse d’ail
1 verre de lait
parmesan
romarin, persil plat, basilic
huile d’olive vierge extra,
sel et poivre (ou piment d’oiseau)

Préparer la sauce tomate.
Ciseler l’oignon et couper en dés la carotte et les céleri.
Faire rissoler l’oignon dans 2 cs d’huile d’olive puis ajouter la carotte et le céleri.
Dès qu’ils colorent à peine ajouter les tomates et un peu de romarin.

Cuire à feu moyen-doux (elle doit mijoter) pendant 10 minutes puis ajouter le salami et cuire encore une vingtaine de minutes à feu doux.
Mettre de côté.

Pendant ce temps laver rapidement ou essuyer directement les champignons.
Retirer le base terreuse et les couper en quatre dans le sens de la longueur.


Faire rissoler la gousse d’ail avec 2 cs d’huile dans une poêle puis ajouter les champignons.

Cuire à feu fort rapidement et en mélangeant de manière à ce que les champignons perdent un peu de leur eau tout en restant fermes.
Baisser le feu, saler, poivrer et cuire encore dix minutes à feu plus doux.
Si besoin ajouter encore un peu d’huile.
Saler, poivrer, garder de côté et ajouter un peu de persil plat.

Préchauffer le four à 200°C.

Porter à ébullition une grande quantité d’eau dans une casserole.
La saler puis y plonger les pâtes.
Cuire le temps indiqué sur le paquet moins une minute.
Égoutter les pâtes, les verser dans la sauce et mélanger (en garder 1 louche de côté)

Dans un moule à gratin de 30 cm environ, verser un peu de sauce puis la moitié des pâtes, parsemer la moitié des champignons et la moitié de mozzarella et scamorza.
Former une deuxième couche pâtes-champignons-fromage.
Saupoudrer de parmesan, saler, poivrer et verser le lait (ce détail va permettre aux pâtes ne pas sécher et rester moelleuses).

Faire gratiner un quart d’heure environ : les pâtes en surface doivent croustiller un peu et la fromage doit fondre.

Servir de suite, légèrement tiédi.

– Pour vous organiser vous pouvez très bien préparer la sauce et les champignons la veille. Il suffira donc de tout assembler peu avant de cuire
– Ces pâtes se gardent bien jusqu’au lendemain. On peut les réchauffer à nouveau au four, toujours avec un peu de lait.

Publié dans Accompagnement, Automne, Hivers, Italie, Plat, Terroirs | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rillettes de porc maison

 

Parmi les innombrables produits de notre gastronomie, il est est un vers qui mon cœur balance: les rillettes de porc maison, bien que je l’avoue , j’adore aussi les rillettes d’oies.
La rillette maison saura être savourée sur du bon pain quelle que soit l’occasion et l’instant

Il suffit juste de l’élaborer avec de la viande fermière locale de qualité, des épices et du temps.
Vous verrez, cela n’a rien à voir avec les rillettes industrielle,.trop grasses, trop salées, trop chimiques et trop chères!

La recette en soit n’est pas compliquée, ne soyez pas effrayé(e)s et laissez vous tenter ;).

Ingrédients:

600 g d’échine de porc
600 g de palette de porc
1 kg de poitrine de porc
500 g de lard gras
300 g de panne fraîche
2 feuilles de laurier
1 petit bouquet de thym frais
Gros sel, poivre du moulin

Détaillez les viandes en petits cubes en séparant le gras du maigre.

Dans une cocotte à fond épais, de préférence en fonte, faites fondre à feu doux la panne avec un verre d’eau.
Lorsque la panne est fondue, ajoutez progressivement les cubes de viande maigre, puis laissez-les rissoler pendant 15 minutes à feu plus vif.

Couvrez ensuite avec le reste du gras.
Au bout de 1 heure environ, toute la graisse a fondu et recouvre les viandes, ainsi que le jus.
Salez, poivrez, ajoutez thym et laurier puis bien mélanger.
Baissez le feu et laissez mijoter, à feu moyen/doux,  4 heures environ, en vérifiant régulièrement l’homogénéité de la cuisson.

Égouttez soigneusement les viandes en réservant la graisse.
Disposez la viande dans un grand plat et écrasez-la à l’aide d’une fourchette.

Versez doucement le jus et la graisse encore liquéfiés en tournant afin de mélanger intimement l’ensemble.
Laisser refroidir pendant 5 à 10 minutes, puis vérifiez l’assaisonnement.
Versez les rillettes dans des terrines ou des pots en grès, ou même des bocaux en vue d’une stérilisation.

Couvrez d’une fine pellicule de graisse fondue et placez au frais.

Les rillettes maison peuvent se conserver jusqu’à deux ans en bocaux, 6 mois au congélateur et 3 à 4 semaines au réfrigérateur dans un récipient hermétique, mais attention il est préférable de les consommer dans la semaine une fois entamées.
Il suffit de les conditionner à une température entre 0 et 4 °C.

Il faut, dans tous les cas,  surtout respecter la chaîne du froid car les rillettes sont très sensibles à la listeria.

Publié dans Amuses-gueules, Automne, Été, Entrée, Gourmandises, Hivers, Porc, Printemps, Terroirs | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tarte à la crème et à la framboise

Cette année encore, le jardin est envahi de framboises… Et je suis de cueillette !

Moi qui suis complètement accro aux framboises, je l’avoue me voilà gâté.
Je m’enfonce sans peur dans les framboisiers? J’en ressors griffé, piqué, mais le jeu en vaut la chandelle !

Je n’épargne temporairement que celles qui sont rouge pâle aujourd’hui … elles seront rouge framboise demain.

   

 

 

La maison est transformée en un véritable atelier de « framboiseries » : confitures, sirops, coulis… On mouline à tout va et on sucre à peine, les framboises étant déjà gorgées de sirop…

J’en ai sauvé quelques poignées : j’avais envie d’une belle tarte toute simple et bien savoureuse

J’ai donc préparé un fond de pâte sablée, une crème chiboust (crème pâtissière mélangée à une meringue italienne) que j’ai allégé d’un peu de crème fouettée et parsemé de juteuses framboises , et ca a donné cette merveille !!

Ingrédients:

Pour la pâte
250 g de farine
125 g de sucre semoule
1 oeuf
100 g de beurre
1 zeste de citron
1 pincée de sel

Pour la crème chiboust:

Pour la crème pâtissière collée
1/2 litre de lait
5 jaunes d’oeufs
70 g de sucre
30 g de farine
30 g de maïzena
4 à 5 feuilles de gélatine
30 g de beurre.

Pour la meringue Italienne
3 blancs d’oeufs
100 g de sucre cuit à 110°C

Pour la garniture:
300 gr de framboises bien juteuses

Préparation de la pâte :
Dans un bol, délayez l’œuf avec le sucre en poudre et une pincée de sel.

Pâte brisèe

Mettez la farine sur le plan de travail, faites un puits au centre, versez-y le contenu du bol et le zeste de citron, puis le beurre fondu (surtout pas de beurre liquide !).

pâte à briocheMalaxez le tout jusqu’à obtenir une pâte homogène.

abaisser une pâteÉtalez la au rouleau.


Chemisez un moule à tarte.

Faites cuire (avec des poids de cuisson, du riz ou des haricots) à four chaud, environ 190 à 200°C pendant 12 à 15 mn.

Préparation de la crème chiboust:

patissiere3Préparez une crème pâtissière. (recette ici)

gélatine cIncorporez les feuilles de gélatine préalablement ramollies dans l’eau froide et essorées dans la crème pâtissière encore chaude.
patissiere4Ajoutez le beurre en parcelles, comme pour une crème mousseline.
Maintenez la crème au chaud dans un bain marie pendant que vous confectionnerez la meringue Italienne.

blancs d'oeufsBattez les blancs en neige au robot.
Démarrez vitesse moyenne.
sucre cuitCuisez le sucre au filet (116°) – pensez à mettre un peu d’acide citrique ou du jus de citron pour que le sucre ne « masse » pas.

meringueIncorporez le sucre cuit dans les blancs lorsqu’ils commencent à être mousseux à moyenne vitesse puis augmentez pour les serrer.
meringue-suisse (1)Lorsque les blancs forment un « bec », la meringue est prête.

Incorporez la meringue dans la crème pâtissière en deux temps.
Une petite partie d’abord (1/4) pour détendre, puis le reste de la meringue très délicatement en soulevant la masse, au fouet (sans fouetter) les fils permettant à la masse de se casser et s’amalgamer sans s’écraser.. traitez avec soin avant que la gélatine ne fige la crème.
La crème chiboust est prête.

Fouetter la crème et à incorporer la avec soin à la crème chiboust.

Enfin remplissez votre fond de pâte sablée refroidie de ce mélange onctueux.
Placer ensuite votre tarte au frais afin que votre crème fige.

Jute avant de servir, garnissez la de belles framboise, puis vous pouvez saupoudrez de sucre glace pour la déco. (Personnellement je préfère sans).

Il ne vous reste plus qu’a vous servir une belle part et fondre littéralement de plaisir. 🙂

 

 

Publié dans Été, Desserts, Fruits, Tartes | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La meringue Italienne

Il existe 3 sortes de meringues : la meringue française, la meringue suisse et la meringue italienne.

Aujourd’hui je vous propose la recette de la meringue italienne, celle à base de sucre cuit !
Pas de panique ! Elle est simple aussi, il vous faudra juste un thermomètre alimentaire, c’est vrai, mais à part ça il y a pas de difficultés.
La meringue italienne vous servira par exemple pour les macarons, pour une tarte au citron meringuée, pour une omelette norvégienne ou tout simplement pour alléger une crème au beurre.

Ingrédients pour recouvrir une tarte par exemple:
3 blancs d’œuf
150 à 180 g de sucre en poudre (
3 fois le poids des blancs)
30 g d’eau

Commencez par placer le sucre et l’eau dans une casserole.
Le sucre doit être recouvert d’eau. Si vous avez mis trop d’eau, ça ne pose aucun problème car de toute façon on va la faire s’évaporer entièrement, ce sera juste un peu plus long. 

Pour le sucre, vous avez deux options :
– Pour une meringue meringue et bien serrée, doublez le poids des blancs en sucre
(1  blanc pèse 30 g, on en a 3 donc 90 g, donc fois 2 ça nous donne 180 g).
   – Pour une meringue un peu moins jolie mais moins sucrée (selon l’utilisation que vous

en ferez), et dans ce cas on peut se limiter à 150 g.
En revanche pas moins de 150 gr pour 3 blancs désolé !

Faites chauffer le tout jusqu’à atteindre 116°C (C’est là qu’il va vous faut le thermomètre alimentaire.)

Quand vous êtes aux environs de 114°C, commencez à fouetter les blancs en neige.

Dès que le sucre atteint les 118°C, versez-le sur les blancs, sans cesser de fouetter.
     3 petits conseils :
– Réduisez la vitesse du robot pour éviter les éclaboussures.
-Ne versez pas le sucre trop près des parois de la cuve car il va se coller dessus et durcir instantanément.
– Essayer d’éviter le fouet quand vous versez pour la même raison.

Remettez le robot sur puissance maximale et fouettez pendant 5 minutes environ, jusqu’à ce que la meringue redescendre à 50°C.

Elle est prête si elle forme un joli bec d’oiseau quand vous relevez le fouet (
Si elle ne forme pas le bec d’oiseau, on fouette encore un peu.

Vous pouvez vous servir de cette meringue pour recouvrir des tartes (c’est la principale utilisation que j’en fait) ou pour décorer des gâteaux ou entremets avec des petits pics de meringue.

Vous pouvez aussi la faire cuire dans des moules en silicone pour lui donner la forme de votre choix.
L’utilisation d’un moule en silicone de qualité vous fera gagner du temps au démoulage et permettra de respecter totalement le goût des aliments.

Et voilà c’est tout !

 

Publié dans Accompagnement, Autres, Décors, Desserts, Gourmandises, Techniques, astuces et coups de main | Tagué , , | Laisser un commentaire

Gâteau au fromage avec garniture maison aux cerises

Voici un gâteau au fromage qui sort de l’ordinaire!
Il est nappé d’une succulente garniture aux cerises maison.

Une chose est sure, il épatera tous vos convives, c’est garanti!

Ingrédients:
1-1/2 tasses de chapelure de sables au beurre
1-1/2 tasse de sucre
1/3 tasse de beurre, fondu
1 kg de Mascarpone  ramolli
1 gousse de vanille Bourbon
4 œufs
1 c. à thé de fécule de maïs
1/4 tasse d’ eau

1 tasse de cerises fraîches


Chauffer le four à 160 °C.

Écrasez quelques sablés de façon à obtenir une chapelure moyennement fine.
Mélanger la chapelure , 3 c. à soupe du sucre et le beurre puis presser le mélange dans un moule à charnière de 22 cm.

Mélanger au batteur le Mascarpone, le du reste du sucre et la vanille jusqu’à homogénéité.
Ajouter les œufs, un à la fois, en battant à faible vitesse après chaque ajout, juste assez pour mélanger puis verser sur la croûte.
Cuire 55 min ou jusqu’à ce que le centre soit presque pris.

Passer la lame d’un couteau le long de la paroi du moule pour en détacher le gâteau et laisser refroidir avant de démouler.
Réfrigérer 4 h.

                                                  Entre-temps, mélanger la fécule de maïs et l’eau dans une casserole moyenne.
Ajouter le reste du sucre.
Incorporer les cerises; remuer.

 

 

Porter à ébullition à feu mi-vif, en remuant constamment; cuire à feu mi-vif 2 min ou jusqu’à ce que le sucre soit dissous et que la sauce épaississe, en remuant.
Laisser refroidir complètement.
Réfrigérer jusqu’à l’utilisation.

Verser la garniture aux cerises sur le gâteau au fromage au moment de servir.

Publié dans Été, Desserts, Entremets, Fruits | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Filet de bœuf sauce Teriyaki et sésame.



Voici une belle manière d’accompagner  une viande tendre et savoureuse avec cette succulente sauce à la fois douce et sucrée.

Miam !

Ingrédient:
500 gr filet de boeuf
8 oignons de printemps
2 c à s de graines de sésame
90 ml sauce soja
10 cl de saké
20 ml eau
2 c à s de gingembre
1 c à c de sucre roux
3 c à s d’huile de sésame

Faire la marinade:

Épluchez 3 cm de gingembre frais et râpez-le.
Mélangez avec les autres ingrédients de la marinade.
Déposez le filet de bœuf dans la marinade, couvrez-le et laissez reposer 1 nuit au frigo.

Coupez les oignons de printemps en 4 morceaux obliques de 2 à 3 cm de long.

Faites griller les graines de sésame dans une poêle sèche.

 Saisissez votre filet, dans une poêle chaude légèrement huilée, sur un côté, sur feu vif pendant 3 min puis retournez la viande (une seule fois) et laisser brunir 1 min

Aspergez de saké, couvrez et laissez cuire encore 2 min. Retirez de la poêle et mettez de coté.
Placez ensuite le filet dans une plaque à rôtir puis mettez le à cuire à four chaud (230/235°C) pendant 10 à 12 mn.

Déglacez la poêle avec la sauce soja, puis ajouter le reste de marinade puis faites réduire jusqu’à obtention d’une sauce légèrement sirupeuse. Reservez

Quand votre filet de bœuf est cuit, sortez-le du four et laissez-le reposer 5 mn.
Coupez-le en tranches moyennement fines, dans le sens inverse des fibres.

Déposez ces tranches dans une assiette, glacez au pinceau avec un peu de sauce teriyaki réduite restée dans le fond de la poêle puis saupoudrer vos tranche de bœuf de graines  d’un peu de poivre  du Sichuan fraîchement moulu

Au moment de servir, saupoudrez de graines de sésame.

Publié dans Asiatique, Automne, Été, boeuf, Hivers, Plat, Viande | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Côte de Boeuf Angus au Barbecue… un mets de roi !

Morceau emblématique, la côte de bœuf accompagne souvent les repas de fête été comme hiver.
Son persillage doit être généreux afin d’obtenir une viande tendre et le goût inimitable de la côte de boeuf.

Pour cela, le must en la matière c’est pour moi, la côte de bœuf « Angus » !
L’Angus est une race bovine qui vient de la région des comtés d’Aberdeenshire et d’Angus en Écosse, terroir d’origine de cette magnifique race.

 

 

 

 

Elle porte une robe uniforme qui peut être rouge sombre (red angus) ou noire (black angus). Elle est naturellement sans cornes. Ce sont des bêtes de petites tailles pesant en moyenne 600 kg.
Elles grandissent dans les prés et se nourrissent uniquement d’herbes fraîches et vertes ; merci le climat écossais !
Elles y restent 5 à 6 ans avant d’être menées à l’abattoir

La maturation de 21 jours permet à la viande d’éliminer l’acide lactique, ce qui lui confère ensuite sa tendreté exceptionnelle.

Sa viande finement persillée lui donne une « jutosité » et un goût floral, équilibré et subtil.
En général, une côte de 1.5 kg convient pour 5 personnes.

La côte de bœuf Angus se grille généralement au barbecue, sur braises vives et par pitié pas à la flamme.

C’est ainsi qu’elle est , à mon avis, la plus savoureuse mais elle peut aussi se préparer en cuisine dans un four bien chaud après avoir été « saisie à feu vif ».

Quand j’arrive à en trouver, c’est un plaisir que je ne me refuse pas.
Manger de la viande de cette qualité, c’est totalement différent d’une viande habituelle, la mâche est différente, un vrai plaisir pas une nécessité laborieuse, et son goût est unique.

Servie avec un Côte du Rhône Guigal – La Mouline – 1991 (dont il me reste plus qu’ une seule et unique bouteille) ou un Saint Emilion, avec modération bien entendu, c’est une pièce pour fin palais qui vous fera monter d’un cran dans les « Grands Crus » de la Viande.

Publié dans Automne, Été, boeuf, Ecosse, Fêtes, Hivers, Irlande, Printemps, Royaume-Uni, Techniques, astuces et coups de main, Viande | Tagué , , | 1 commentaire